Définition

L’hépatite est une inflammation du foie, aiguë ou chronique. Le foie est un organe unique. C’est le seul organe qui se régénère et peut même se régénérer complètement. Dans le cas d’autres organes, comme le cœur, par exemple, les tissus malades sont remplacés par une cicatrice, comme ceux de la peau. Le foie a la capacité de remplacer les cellules malades par de nouvelles cellules.
Les complications à long terme de la maladie du foie se produisent lorsque la régénération est soit incomplète, soit empêchée par l’apparition d’un tissu cicatriciel. Cette situation se produit lorsque des agents agressifs tels que les virus, les médicaments, alcool, etc., continuent d’attaquer le foie, empêchant la régénération complète. Une fois le tissu cicatriciel apparu, inverser ce processus est très difficile. Une maladie caractérisée par l’apparition d’une grande quantité de tissu cicatriciel est la cirrhose du foie. La cirrhose est le stade final de la maladie du foie, généralement suivie par des complications.

Les hépatites virales

L’hépatite virale A (hépatite épidémique)
L’hépatite virale B
L’hépatite C

Les hépatites chroniques

L’hépatite chronique virale B
L’hépatite C chronique
Les hépatites toxiques et médicamenteuses
L’hépatite toxique
L’hépatite alcoolique
Hépatite auto-immune

Les symptômes et les signes

Les symptômes et les signes sont instables et d’une intensité variable. Certains sont communs à toutes les hépatites: ictère, urine foncée, des selles pâles, des nausées, foie sensible au toucher. D’autres sont en fonction de la cause: syndrome pseudo-grippal dans les cas d’hépatite virale (intense fatigue, des maux de tête, la courbure et des douleurs articulaires), le foie dur et élargi, avec des signes d’imprégnation alcoolique (peau fragilisée, les douleurs dans les jambes, tremblements, etc.) dans le cas de l’hépatite alcoolique.

Diagnostiquer l’hépatite

Le diagnostic est confirmé par des prélèvements sanguins montrant souvent une croissance significative des transaminases (enzymes hépatiques), preuve de la destruction aiguë et transitoire des cellules du foie, et une déviation de la bilirubine conjuguée (produit de l’hémoglobine en se liant à l’albumine dans le foie) et des phosphatases alcalines, la preuve biologique de l’ictère. En outre, on recherche dans le sang, en particulier dans les facteurs de coagulation du sang, parmi lesquels plusieurs sont développés par le foie, les signes d’insuffisance hépatocellulaire afin d’évaluer l’écho de l’hépatite sur le fonctionnement du foie. L’étude des échantillons de sang conduit aussi vers la cause de l’hépatite (la présence d’anticorps antiviraux, par exemple).

L’évolution et le traitement

L’évolution est liée principalement au système immunitaire et à l’état du foie avant l’hépatite.
– Les hépatites virales évoluent spontanément favorablement dans la plupart des cas, sans séquelles
– L’hépatite alcoolique peut nécessiter le transfert du patient aux soins intensifs où il y a des signes d’insuffisance hépatique (saignements à des troubles de la coagulation sanguine, encéphalopathie), le pronostiques étant principalement lié à arrêt de l’intoxication alcoolique.
– L’hépatite médicamenteuse régresse à l’arrêt du traitement incriminé mais lentement.
– Les hépatites bactériennes guérissent habituellement rapidement après prescription de l’antibiotique approprié.

L’hépatite chronique

Une hépatite est appelée chronique quand elle évolue sur une période maximale de six mois. Les causes sont les mêmes que celles de l’hépatite aiguë. Les symptômes de l’hépatite aiguë se trouvent plus ou moins (douleurs abdominales, ictère, fatigue), dans l’hépatite chronique.

Le traitement

Comme le traitement varie en fonction de la cause, le traitement cible surtout les symptômes (antalgiques, les transfusions en cas d’un ulcère hémorragique, anastomose en cas d’hypertension portale) et l’équilibre de la nutrition (en prenant des vitamines et des oligo-éléments).
La gravité de l’hépatite chronique est liée à la possibilité d’une insuffisance hépatique irréversible (troubles de la coagulation sanguine, encéphalopathie hépatique, acidose métabolique) et l’hypertension portale (gêne de la circulation sanguine dans la veine porte). Cette évolution est due à la formation de la cirrhose. En plus, la cirrhose peut évoluer en carcinome hépatocellulaire (cancer du foie).