Conseils alimentaires en cas de douleurs d’estomac

Les brûlures d’estomac et l’alimentation
De nos jours, le taux des affections digestives est de plus en plus élevé. Le stress quotidien, l’alimentation déséquilibrée, la caféine et bien d’autres aliments ont augmenté l’incidence des maladies comme l’ulcère, la gastrite, la constipation, les entérites chez l’homme moderne. Ce type de maladies est par la suite devenu courant.
Souvent, l’amélioration des souffrances des personnes atteintes par les maladies de l’appareil digestif, est strictement liée au changement du style de vie par l’introduction d’une alimentation équilibrée.
La diète d’une personne souffrant de brûlures stomacales doit suivre de près un plan d’alimentation correcte, en évitant en même temps, aussi bien tout aliment dont les composants pourraient nuire à l’organisme, que tout mode de cuisson inapproprié.

C’est pourquoi il est très important que les personnes atteintes de ces maladies connaissent certaines règles d’hygiène alimentaire :

  • respecter, autant que possible, un horaire des repas ;
  • les repas ne seront pas abondants, mais il faudra respecter le nombre de 4-5 repas par jour ;
  • le malade ou celui qui lui prépare le menu devra connaître la température optimale de consommation des aliments ;
  • il est recommandé de prendre ses repas dans une atmosphère calme, en évitant les discussions contradictoires et les émissions télévisées susceptibles de déclencher des états de nervosité ou d’inquiétude ;
  •  les repas ne doivent jamais être pris à la hâte parce qu’il est très important que les aliments soient bien mastiqués, en augmentant ainsi l’effort de la digestion.

En général, ces malades devraient éviter les aliments irritants, comme:

  • les épices (le poivre, le piment rouge, la moutarde etc.)
  • les aliments riches en cellulose : les radis, le haricot blanc, le petit pois, l’oignon, l’ail, les fruits non épluchés, le pain noir etc.)
  • le même effet irritant est retrouvé lors de la consommation des viandes provenues des animaux vieux et insuffisamment cuite, riche en cartilages, tendons, aponévroses ;
  • les aliments trop salés ou sucrés ;
  • les boissons alcoolisées irritant la membrane muqueuse nasale (le vin, la bière, le whiskey etc.) sont également contre-indiquées ;
  • il est conseillé de renoncer de fumer ou bien de réduire les cigarettes.

Il est bon de savoir que la fonction de l’estomac est fortement influencée pendant la durée du transit de l’aliment à son niveau :

  • les liquides et les semi-solides quittent l’estomac le plus rapidement ;
  • la cellulose, les peluches des végétales crues, les fragments alimentaires grands, la cellulose sont plus difficiles à digérer ;
  • les graisses prolongent la durée de stagnation des aliments dans l’estomac ;
  • le sucre attarde l’évacuation gastrique, notamment quand c’est administré à la fin du repas. Le même phénomène est rencontré au cas des aliments riches en glucides du type de l’amidonne (pommes de terre, les produits céréaliers), consommés après les graisses et les protéines ;
  • plus la température des aliments digérés est proche de la température du corps, plus le vidage gastrique sera plus rapide. C’est pourquoi les aliments consommés frais sont contre-indiqués.

Tous les aliments ne stimulent pas dans la même mesure la sécrétion gastrique.

Les stimulants forts seront à éviter dans l’alimentation des personnes souffrant de brûlures stomacales :

  • des boissons : l’alcool, les boissons gazeuses, le café ;
  • les épices : la moutarde, le poivre, le raifort, le piment rouge en poudre, la cannelle, les clous de girofle etc. ;
  • les aliments frits, les œufs durs, la viande grillée, salée ou fumée, le pain noir, le pain frais, les aliments cuits dans la graisse.

Les stimulants faibles :

  • des boissons : l’eau, le thé, le lait, la crème;
  • des aliments : le blanc d’œuf à la coque, le pain de la veille, la viande bouillie, les fruits doux, les légumes au beurre, les soupes de légumes à la farine blanche, la soupe d’avoine, la crème fouettée, le riz et la bouillie de semoule.



Share:

Comments are closed.