Un traitement rapide, bon marché et un taux de guérison de 90%

On a constaté, au cours des vingt dernières années, une hausse vertigineuse des infections à Clostridium difficile. Les incidences parmi les adultes hospitalisés a triplé entre 1993 et 2005, et plus que doublé entre 2001 et 2005. Le taux de mortalité a également augmenté depuis l’émergence de la souche hypervirulente NAP1/B1/027.
Les rechutes multiples sont également de plus en plus fréquentes; 20 à 30 pour cent des patients souffrent d’une récurrence entre la deuxième et la quatrième semaine après l’arrêt du traitement à la vancomycine. Certains patients ayant subi une colectomie d’urgence présentent des syndromes postopératoires. Bien que la moitié de l’ensemble des infections à C. difficile soient contractées par des patients de moins de 65 ans, les personnes âgées sont plus susceptibles à des formes sévères de la maladie, avec complications associées et rechutes multiples.
“Le Clostridium difficile représente un problème gravissime chez le patient âgé” a déclaré Robert Orenstein, docteur ostéopathe de la Mayo Clinic à Phoenix, Arizona. “Un grand nombre de patients âgés sont pris dans un cycle de rechutes, qui ne se voient proposer que peu d’options conventionnelles.”
Cependant, ajoute-t-il, un traitement particulier, la transplantation de microbiote fécal (également appelée bactériothérapie fécale ou greffe fécale) a prouvé son efficacité contre les infections à C. difficile, et sa capacité à restauré un microbiote intestinal sain.

“Il manque aux patients atteints d’infections à C. difficile un certain type de flore intestinale, généralement à cause d’un traitement antibiotique”, explique le docteur Orenstein. “Il semblerait que les bonnes bactéries envoient un signal aux muqueuses intestinales, et que l’arrêt de ce signal permette à C. difficile de se développer. La clef semble être la reconstitution de la flore manquante”.

La clinique Mayo a été la première à pratiquer une transplantation fécale par coloscopie en 2011 chez un patient atteint de colite pseudomembraneuse sévère et réfractaire, utilisant des selles prélevées chez le frère du patient.

“Aussi incroyable que cela puisse sembler, le patient, qui était incapable de se lever depuis des semaines, est sorti 24 heures après la transplantation” a déclaré le docteur Orenstein. “J’ai compris le formidable potentiel de ce traitement”.

Depuis, la Mayo Clinic de Phoenix a procédé à 24 transplantations de microbiote fécal chez des patients atteints d’infections à C. difficiles. L’infection a été éradiquée en quelques heures ou quelques jours chez la totalité des patients traités malgré deux cas de rechute chez des patients présentant des morbidités. Cheryl Griesbach, infirmière à la Mayo Clinic qui a joué un rôle clef dans le programme de transplantation fécale, témoigne de ces résultats spectaculaires : “J’ai parlé avec chacun des patients ; après avoir été désespérément malades et dans l’impossibilité de se déplacer, la manière dont la qualité de leur vie a considérablement changé est vraiment spectaculaire.
Le docteur Oreinstein souligne que le programme de la Mayo Clinic se distingue par un protocole rigoureux dans l’évaluation des donneurs et des receveurs. “Notre priorité est la sécurité, le suivi des patients, et l’amélioration constante du processus” déclare-t-il. “Si nous n’établissons pas de standards, au moindre problème la procédure pourrait se voir interdite, et les patients seraient privés d’un traitement efficace.”




Share:

Comments are closed.