Ce qui fonctionne pour les hommes peut fonctionner aussi bien pour les femmes. Vous pouvez vous ranger les cheveux à l’aide de lac de cheveux, de mousse et de gel à votre gré. Mais quand votre brosse commence à retenir presque tous vos cheveux, tous les produits du monde ne servent plus à rien.
Le problème, si vous le n’avez pas déjà réalisé, c’est la chute de cheveux : aujourd’hui, les femmes présentent presque le même risque que les hommes.
La bonne nouvelle par contre c’est que les nouvelles alternatives de traitement peuvent faire une grande différence. Le premier pas c’est toujours diagnostiquer la cause par un spécialiste (un dermatologue c’est un bon point de départ). Une fois la cause déterminée, il existe une diversité de médicaments et de traitement adjuvants – dont certains sont créés spécialement pour les femmes.

Minoxidil  : efficace aussi bien pour les hommes que pour les femmes

La préparation topique délivrée sans ordonnance appelée Minoxidil se trouve dans la liste des produits les plus populaires contre la chute de cheveux. Conçu au début comme un traitement contre la calvitie des hommes (chute de cheveux parcellaire) a également des résultats parmi les femmes, en aidant à l’allongement et le grossissement du follicule pileux. Malgré son action sur une partie des cheveux et pas sur la totalité, ce produit peut stimuler la croissance des cheveux et vous aider donc à garder vos cheveux.

Le Minoxidil se présente sous deux formes de concentration :
– Solution 2% pour les femmes
– Solution 5% pour les hommes.

Mais les spécialistes disent que les femmes peuvent obtenir de meilleurs résultats en utilisant la concentration plus forte. « La solution 2% est trop faible pour le type de chute de cheveux chez les femmes – il faut utiliser la solution 5% pour avoir de vrais résultats » dit Michael Reed, MD, professeur de dermatologie à l’Université de New York – Faculté de Médecine de New York.
Une étude parue dans un numéro du Journal of the American Academy of Dermatology, a comparé le traitement pendant 48 semaines au Minoxidil 2% et 5% chez les femmes. Comparé au placébo (fausse administration du traitement) le Minoxidil 5% a reçu des appréciations supérieures lors de l’évaluation du nombre des cheveux crus et de la croissance même.
Même si la solution 2% a favorisé la croissance des cheveux et les estimations faites par les chercheurs, les patients n’ont pas observé d’amélioration significative de la croissance des cheveux. Les deux solutions ont été bien tolérées par 381 femmes ayant participé à l’étude, sans effets adverses importants. Cependant, les participants à l’étude avec la solution 5% ont manifesté plus d’effets adverses – prurit et irritation ou croissance de cheveux dans d’autres zone que le scalpe, comme le front. »
« Si vous êtes atteints par le type féminin de calvitie, le traitement recommandé est le Minoxidil, et en général nous recommandons la solution 5% parce que c’est plus efficace que la solution 2% », dit Ted Daly, MD, de Garden City Dermatology et Nassau Community Medical Center from East Medow, New York.
« La raison pour laquelle elle n’a pas reçu l’approbation pour l’utilisation chez les femmes c’est que dans les cas d’un nombre très restreint elle peut déclenchez la croissance de cheveux au niveau des marges du front. Si cela arrive, il faut passer à l’utilisation de la solution moins concentrée et l’effet adverse disparaît. »
Il faut prêter quand même attention, étant donné que les concentrations supérieures de Minoxidil peuvent provoquer l’irritation du scalpe, prurit et sécheresse – des problèmes contre lesquels il y a des remèdes à l’aide des préparations adaptées disponible dans les cliniques de dermatologie.

La chute de cheveux : Uniquement pour les hommes ?

Reed dit que, ce qui est beaucoup plus susceptible à aider les femmes, ce sont les médicaments « sans indication d’élection », des substances approuvées pour d’autres problèmes ou recommandées strictement pour le traitement de la chute de cheveux chez les hommes.
Parmi les plus connus il y a le médicament pour les hommes Finasteride – conçu au début pour traiter les affections de la prostate et plus tard contre la chute de cheveux chez les hommes. Prescrits sous le nom de Propecia (1mg) ou Proscar (5mg), ils sont connus comme des bloquants d’enzymes et fonctionnent en interférence avec le processus qui convertit la testostérone en dihidrotestostérone (DHT) au niveau du follicule pileux. Les deux médicaments se présentent sous la forme de tablettes et sont administrés par voie orale.
Même si les deux drogues ont été considérés dangereuses pour le fœtus, par conséquent approuvés uniquement pour l’utilisation chez les hommes, les spécialistes soutiennent que leur utilisation chez les femmes sélectionnées peut être un vrai facteur sauveur des cheveux.
« Les deux peuvent être utilisées en pleine sécurité chez les femmes qui ne veulent ou qui ne peuvent pas avoir d’enfants et aident à la croissance des cheveux, autant qu’elles sont utilisées assez longtemps et dans une concentration suffisante » dit Reed.
Parmi les effets adverses il y a la croissance attardée des cheveux au niveau de la lisière de la pilosité capillaire, ce phénomène étant inversé lors de l’interruption de l’administration de la drogue ou de la diminution de la dose. Ce médicament peut également avoir un effet sur la libido, en provocant la baisse de l’appétit sexuel chez les femmes.
Un autre médicament disponible est la Spironolactone, diurétique et inhibiteur de la testostérone dont l’action est faite par la fixation sur les récepteurs enzymatiques au niveau du follicule pileux, déterminant par la suite l’arrêt du cycle de la chute de cheveux influencé par les androgènes. Tandis que chez certaines femmes elle peut avoir de bons résultats, chez d’autres femmes il peut provoquer des douleurs mammaires et d’autres effets adverses gênants.

Autre traitements

De même, Reed affirme que les femmes devraient savoir que la plupart des spécialistes qui traitent la chute de cheveux proposent des préparations spéciales, pouvant réduire bon nombre des effets adverses des préparations délivrées avec ou sans ordonnance, en les rendant plus douces. Beaucoup de spécialistes ont également des formules adaptées qui combinent deux ou plusieurs ingrédients importants et qui ajoutent souvent « des adjuvants pour les cheveux » naturels, comme le zinc ou la biotine pour une meilleure augmentation de l’efficacité.
« C’est pourquoi il est important que les femmes consultent des spécialistes dans la chute de cheveux du type féminin, parce que probablement elles auront besoin de ces préparations spécialisées afin d’obtenir des résultats optimales » dit Reed.
Dernièrement, Ricardo Azizz rapporte que beaucoup de femmes ont été aidées par l’administration des pilules contraceptives et estrogène dominantes – des contraceptives orales agissant par le dépassement du haut niveau de la testostérone et la noyade des follicules pileux avec des hormones féminins suffisant à l’empêchement de la chute déterminée par la testostérone.
« La plupart de pilules contraceptives agissent de la même façon, mais nous essayons d’éviter les pilules à dose réduite parce qu’il nous faut plus de testostérone » affirme Azizz, le directeur du Centre de Maladies Androgéniques. Parmi les marques préférées par les spécialistes il y a Yasmin, Demulen, Desogen si Orthocyclen.
Azizz contredit une rumeur persistant dernièrement conformément à laquelle les pilules contraceptives peuvent mener à la chute des cheveux : « Les pilules contraceptives peuvent provoquer une modification temporaire de la croissance des cheveux et du type de perte de cheveux, donc si vous souffrez d’une cause non hormonale de chute des cheveux et que vous utilises des contraceptives orales, celles-ci pourraient accentuer la chute des cheveux, mais ne peuvent pas la provoquer » affirme Azizz.

Espoirs pour l’avenir

La neurogenèse folliculaire
Parmi les dernières nouveautés dans le domaine de l’alopécie (la chute de cheveux) il y a un processus nouveau, unique, de régénération de la croissance des cheveux par l’intermédiaire de la formation de nouveaux follicules pileux. Connu sous le nom de neurogenèse folliculaire, le processus est une sorte de clonage essayant de régénérer des « semences de cheveux » pouvant aider à la croissance de nouveaux follicules.
« En essence, la méthode prélève un échantillon de vos cheveux, l’ensemence dans le laboratoire où les follicules sont micro-disectés et les cellules que l’organisme utilise à la synthèse des cheveux sont extraites et isolées », dit Reed.
Ces cellules, dit-il, sont ensuite purifiées et clonées afin de produire plus de cellules, qui sont ensuite micro-injectées au niveau de la zone de calvitie où elles détermineront les cellules situées à ce niveau-là à produire plus de follicules pileux.
Pendant que le système est toujours en cours de développement, Reed affirme qu’il est nécessaire d’attendre encore quelques années pour atteindre une finalité clinique. Une étude a démontré qu’un système de clonage pareil a eu des résultats chez les rats. Juqu’à ce jour, Reed affirme que les résultats n’ont pas été publiés.
Avodart
Un traitement plus réaliste est celui à l’aide d’Avodart (dutasteride), le cousin du déjà connu Finasteride (Propecia et Proscar)conçu au début pour le traitement des affections de la prostate. La grande différence est cependant celle que, alors que le Finasteride favorise le blocage d’une enzyme impliquée dans la conversion de la testostérone en dihidrotestostérone. Avodart semble bloquer les deux enzymes, ce qui peut être un avantage précieux pour les femmes.
« Propecia réduit le niveau de la dihidrotestostérone de l’organisme de 50%-55%, Proscar le réduit de 65%-70%, mais Avodart le réduit de 94% – donc l’avantage est significatif » affirme Reed.
Bien qu’il soit encore considéré expérimental pour le type féminin de chute de cheveux, il est à présent utilisé dans les études de laboratoire et uniquement chez les femmes stériles.
Reed, étant un des médecins à tester ce médicament sur les femmes, affirme qu’il a été testé chez les patients pour lesquels Proscar n’a eu aucun résultat à la suite de quelques années de traitement. Il est optimiste en ce qui concerne les résultats obtenus jusqu’à présent.
« Il pourra s’avérer le meilleur enzymatique que nous ayons pour les femmes », affirme Reed.

Le transplante de cheveux

Dernièrement, pendant que les transplantes de cheveux chez les hommes ont été longtemps considérés des traitements d’élection, ceux-ci ont été rarement considérés opportuns pour les femmes – notamment pour des raisons esthétiques. Pourtant, une édition du Journal of the American Academy of Dermatology a publié un article des médecins de Mount Sinai Medical School de New York, affirmant que les progrès dans le domaine de la technologie du transplante – y compris pour une meilleure cicatrisation – combinés aux espoirs plus réalistes, transforment le transplant en une option plus optimiste pour les femmes.
Au lieu de récolter de petites greffes de cheveux, une par une et de les transplanter dans une autre zone du scalpe, les techniques actuelles récoltent une greffe sous la forme d’une tranche, la partagent ensuite dans des parties plus petites qui sont implantées chirurgicalement exactement dans la zone impactée – même entre les cheveux qui poussent naturellement.
Cependant, les médecins recommandent aux femmes de considérer le transplante de cheveux uniquement après une consultation dermatologique et après au moins une cure de traitement médicamenteux.