masque chirurgical

Avec la crise sanitaire, les masques chirurgicaux en tant qu’équipement de protection font désormais partie intégrante du quotidien pour lutter contre les virus tels que le coronavirus ou la grippe. Pour une utilisation sûre et efficace, il est important de comprendre ce qu’est la définition d’un masque chirurgical et comment l’utiliser.

Masque chirurgical : protéger votre santé et celle des autres

Un masque chirurgical, ou masque anti-éclaboussures, est un dispositif médical conçu pour empêcher l’évacuation des sécrétions des voies respiratoires supérieures ou de la salive lorsque le porteur les expulse sous forme de gouttelettes ou avec l’air. Il protège ainsi l’environnement immédiat du porteur des sécrétions pouvant potentiellement contenir des agents infectieux transmissibles, comme le virus de la grippe ou le COVID-19, ainsi que l’environnement, comme les surfaces. Ces masques de protection respiratoire sont composés de 2 ou 3 couches aux propriétés filtrantes et antibuée. Ils sont généralement portés en premier par les personnes malades ou dès les premiers symptômes, tels qu’une toux ou une gorge qui gratte. Cela est particulièrement vrai pour les personnes atteintes de la grippe et celles qui pensent l’être. Cependant, les masques chirurgicaux ne protègent pas le porteur des particules en suspension dans l’air potentiellement contaminées (d’une taille inférieure à 5 microns). Si vous vous demandiez où acheter des masques chirurgicaux fabriqués en France, ne cherchez plus et découvrez la marque Franprotec sur un site spécialisé.

Comment utiliser un masque chirurgical

Les masques chirurgicaux jetables se composent de deux faces :

Face blanche : c’est la face absorbante, elle doit être positionnée à l’intérieur.

Face bleue (ou colorée) : elle doit être positionnée à l’extérieur.

Mode d’emploi :

Portez ce masque lorsque vous êtes en présence des personnes autres que celles avec lesquelles vous habitez ; Vérifiez toujours que le masque est bien ajusté et qu’il couvre votre bouche et votre nez. Il est recommandé de porter le masque de protection sur la peau nue et éviter le contact avec les cheveux. Le masque chirurgical ne remplace pas les mesures de barrière (se laver régulièrement les mains, s’éloigner physiquement, réduire les contacts avec d’autres personnes) mais ajoute une barrière physique. Il doit être utilisé toutes les 4 heures pour garantir son efficacité, car il devient alors complètement perméable. En outre, si le masque chirurgical est souillé ou mouillé dans l’intervalle, il doit être jeté même si 4 heures ne se sont pas écoulées. Il faut également le changer si vous voulez manger ou boire, si le masque est déformé ou si la respiration est difficile.

Pourquoi porter un masque chirurgical ?

Un masque chirurgical est utilisé pour contenir et empêcher la propagation de virus, de bactéries et de germes par le nez et la bouche de la personne qui le porte. Grâce à son écran filtrant et à sa couche imperméable, le masque empêche la propagation des mucosités. Pour les travailleurs de la santé, cet accessoire doit être porté pendant les interventions chirurgicales afin de préserver la stérilité du champ opératoire. Cela permet d’éviter la contamination du patient. Cet équipement peut être porté par une personne malade pour éviter la contamination par les voies respiratoires. Par exemple, une femme qui allaite mais qui tousse peut porter l’accessoire pour éviter de contaminer son enfant. Alors que l’épidémie de coronavirus se propage à nouveau en France, le masque chirurgical peut être porté pour se protéger du virus. Les modèles classés FFP1 et FFP2 ont une efficacité de filtration des bactéries de 80 à 95 %. Ils peuvent être utilisés une fois ou réutilisés après 7 jours. Bien que les masques chirurgicaux soient principalement destinés au personnel de santé, ils doivent être privilégiés dans le contexte de l’exposition aux virus. Cet équipement peut également être porté pour se protéger de la contamination de l’air.